Site d’intervention

Imegdal

La commune rurale d’Imegdal est située à environ 75 km au sud de Marrakech dans la province d’Al Haouz (région de Marrakech-Safi). À des altitudes allant de 900 à 2500 m, la commune est d’une superficie d’environ 278 km2 avec une population de 5537 personnes (1156 ménages) répartie sur 28 petits villages (recensement marocain de 2014).

Doté d’un climat méditerranéen aride avec des étés chauds et secs (maximum 42°C), la commune d’Imegdal connaît aussi des hivers froids et humides avec des températures pouvant atteindre -2°C. Caractérisée par une densité et une grande diversité de végétation ; actuellement, les paysages naturels de la région sont fortement dégradés dans divers endroits avec de vastes zones entièrement ou semi-déboisées. La plupart des habitants d’Imegdal s’identifient comme « Ishelhin » et parlent le tashelhit, l’une des dialectes amazighs. Tout comme d’autres communautés rurales du Haut Atlas, les moyens de subsistance dépendent principalement de l’agriculture, du pâturage et de la collecte des plantes aromatiques et médicinales.

En 2014, MBLA a créé une pépinière communautaire à Imegdal, et ce, en collaboration avec la coopérative locale Imdoukal Znaga, constituée majoritairement de petits exploitants locaux. Les plantes cultivées en pépinière ont toutes été sélectionnées en collaboration avec les membres de la communauté locale.

Chaque année, entre 45000 et 50000 plantes de 35 espèces sont produites à la pépinière communautaire d’Imegdal. A travers des distributions annuelles de plantes, les projets de pépinière communautaire améliorent les revenus et réduisent la pression de récolte sur les populations sauvages, dont la communauté dépend fortement. Une partie des espèces cultivées est plantée dans des zones désignées pour la réintroduction dans la nature.

Aït M’hamed

La commune rurale d’Aït M’hamed se situe à environ 180 km à l’est de Marrakech dans la province d’Azilal (région de Béni Mellal-Khénifra), elle couvre une superficie approximative de 560 km2 et se trouve à des altitudes allant de 950 à 2600 m. Selon le recensement marocain de 2014, Aït Mohamed a une population de 23696 (3493 ménages) dispersées dans 45 petits villages (douars). La plupart des habitants d’Aït M’hamed s’identifient comme « Imazighen » et parlent le Tamazight du Haut Atlas central.

La plupart de la population d’Aït M’hamed vit de l’élevage de bétail et de l’agriculture en combinaison avec d’autres activités économiques qui se déroulent principalement autour de son centre administratif d’Azilal, la capitale provintiale.

Actuellement, la végétation naturelle est fortement dégradée à divers endroits, avec de vastes zones entièrement ou semi-déboisées. La région compte deux sites d’intérêt biologique et écologique (SIBE): Aqqa Wabzaza (terrestre; priorité 1) et Oued Lakhdar (zone humide; priorité 2) (Fennane, 2004; Mhirit et Blérot 1999).

Au cours des trois dernières années, MBLA a créé une pépinière communautaire, un herbier de plantes et une banque de semences locale dans le centre d’Aït M’hamed. La pépinière communautaire d’Ait M’hamed a été créée en 2017 en collaboration avec les autorités locales, la commune et l’association des femmes Aska. 30658 plants de 22 espèces ont été plantés à la pépinière ; elles ont toutes été sélectionnées en collaboration avec les membres de la communauté locale. La banque de semences communautaire a été développée en collaboration avec les chercheurs  communautaires locaux et la communauté locale permettant ainsi le stockage des variétés locales et servant également de lieu de partage des semences entre agriculteurs.

Oukaïmeden

La commune rurale d’Oukaïmeden culmine à 2 650 m d’altitude, elle est située à environ 75 km au sud de Marrakech dans la province d’Al Haouz, région de Marrakech-Safi. La commune d’environ 51 km2 de superficie abrite une population de 4861 personnes (782 ménages) selon le recensement marocain de 2014.

Elle est classée dans un bioclimat semi-aride méditerranéen froid à l’hiver (entre 82 et 139 jours sous zéro Celsius par an). Les précipitations varient entre 400 et 500 mm / an, avec des chutes de neige abondantes entre décembre et mars. Sa flore montagnarde est riche, avec un total de 198 espèces connues de 122 genres et 38 familles.

Les habitants d’Oukaïmeden s’identifient comme « Ishelhin » et parlent le Tashelhit, l’un des dialectes Amazighs. Les moyens de subsistance locaux dépendent principalement de l’agriculture, du pâturage et des revenus importants de l’écotourisme. En effet, Oukaïmeden est connue pour sa station de sports d’hiver et à ses célèbres gravures rupestres préhistoriques. De plus, ce site dispose d’un vaste agdal, où la gestion traditionnelle de pâturages est pratiquée.

En 2019, MBLA a construit une pépinière communautaire en collaboration avec l’association locale Ait Lkak. Les terrasses agricoles ont été divisées en 24 parcelles, irriguées par un système d’irrigation goutte à goutte pour économiser l’eau. Actuellement, nous cultivons 26 espèces végétales endémiques, en voie de disparition et précieuses, dont Origanum majorana L. et Lavandula dentata L. La banque de semences communautaire a été récemment créée. Cela permet à l’agriculteur de partager des semences et des variétés locales.